SHOW ME

your tits.

Roh, le sujet.. Elle reparle de soutifs.. C’est relou, on a compris..
Ben oui mais non. Ce n’est pas si futile, et si vous le pensez, c’est que c’est plus simple de se dire ça, que de vraiment se pencher sur la question.

Fin 2019, je décide de changer ma garde-robe et d’abolir le traditionnel soutien-gorge qui laisse de belles marques sur la peau après l’avoir enlevé. Hop, je passe aux brassières! Quel bonheur!

J’aimerais bien ne plus jamais rien mettre, mais voilà, même en 2020, ça reste inapproprié. Que ce soit pour ces messieurs qui ne peuvent plus vous regarder dans les yeux quand un tits pointouille de froid, ou que ça soit ces dames outrées qu’on soit si vulgaire, il y a encore du chemin.

À la base, le soutien-gorge a été inventé pour se “libérer” du corset, trop opprimant. L’idée de base étant de mouler le corps de femmes sur ce qui est le plus idéaliser par les hommes, qui les désirent, les possèdent.

L’histoire le montre, les canons de beauté évoluent avec le temps et changent selon notre situation géographique et culturelle. Dans tous les cas, le rôle de la femme est cantonné à s’arranger pour être la plus désirée possible. Dans le fond, nous restons sur une approche primitive. Les hommes peuvent mettre enceintes plusieurs femmes à la fois alors que la femme ne peut engendrer qu’un être humain à la fois, et seulement 1 par année disons. Donc, dans le but de se faire féconder le plus possible et par les mâles porteurs des meilleurs gènes, être une jolie gazelle docile semble être un bon plan.

Dans ce genre de stratégie, démolir l’adversaire est aussi une idée. Voilà pourquoi, les femmes plus réservées sont outrées que d’autres osent montrer leurs tétons, affolant la gent masculine et réduisant les chances procréation des femmes moins “stimulantes”.

Flemme de lire? 

Cet article est disponible en podcast! 

Free your tities

Sauf que voilà, nous sommes actuellement en 2020. Nous l’avons vu dans l’article “J’aime pas les gosses!”, la Terre n’a plus besoin d’être plus peuplée qu’elle ne l’est actuellement. La force physique n’est bientôt plus nécessaire puisque l’être humain a su développer une technologie suffisamment avancée pour se libérer de “l’effort”.

Donc, mesdames, nul besoin de rester des jolies gazelles dociles. Soyons libre de penser à nous-même avant tout. Si vous êtes à l’aise avec un soutien-gorge, grand bien vous fasse d’en porter. Si vous le faites uniquement par peur du jugement des autres, demandez-vous pour qui vivez-vous. Vous-même? Ou les autres?

Si vous voyez une femme sans soutifs, essayez de vous dire: elle n’aime peut-être tout simplement pas en porter, au lieu de: cette allumeuse elle est obligée de se montrer? C’est de la provoque!

Pour celles qui diront qu’il suffit de porter la bonne taille pour y être à l’aise… Non. J’ai fait moultes magasins spécialisés avec des conseillères qui m’ont toutes dit autre chose. Je me sens compressée dans ces soutifs, je préfère vivre sans.

Pour celles qui disent que les poitrines imposantes ne peuvent pas se passer de soutien-gorge, les réponses sont aussi nombreuses que différentes. L’important est d’être à l’aise. Mais si la première chose que vous faites en rentrant chez vous, c’est d’enlever vos sous-vêtements… posez-vous quand même la question: Pourquoi j’en mets?

Des vidéos inspirantes

Découvrez cet article en podcast!

Photo Emilie

Laisser un commentaire

*

code